Rien, vraiment rien ? Approchez-vous et regardez mieux. Prêtez l’oreille et écoutez plus subtilement. C’est peut-être peu, mais ce n’est pas rien.

C’est une pause, une respiration dans le tumulte.

C’est un espace nu, dépouillé, au premier abord.

C’est le plus insignifiant des objets, qui peut ouvrir une porte sur l’imaginaire, devenir un trésor.

C’est un récit, une narration, sans texte ou sans image, minimaliste et éloquent.

C’est une énergie qui grandit, le murmure avant une révolution, le frémissement avant un big-bang. C’est un battement d’ailes…

C’est peut être juste un peu moins, quand le tout ou le trop se révèlent une voie sans issue.

Et puis parfois, ça n’est rien. Juste rien. Rien du tout.

À explorer :
Ce n’est rien, pas grave, pas grand-chose. Ne rien faire, s’accorder une pause, une respiration, du temps pour soi, s’ennuyer. Ne rien avoir à perdre, être prêt à tout. Faire avec rien (objets de récupération). Faire preuve de sobriété, économiser ses mots, jouer des silences. Rien, vide, absence. Contempler les déserts, de sable, de glace ou lunaires, les espaces vides. Porter un regard critique sur la société de consommation et ses limites. S’intéresser à l’origine des choses.

 

La résolution actuelle n'est pas adaptée à votre écran
Accéder à la version mobile